Le poste de douane de Pannesheide

Poste de douane de Kerkrade-Pannesheiderstraat pendant la Première Guerre mondiale, 1915 (archives municipales de Kerkrade)

La zone autour de la Nieuwstraat/Neustraße est caractérisée par deux postes-frontière importants. Au nord, c’est le poste-frontière de Herzogenrath et au sud, le poste-frontière de Pannesheide, emprunté par de nombreux frontaliers en provenance et à destination d’Aix-la-Chapelle. C’est ici que vous entendiez : « Halte ! Contrôle frontière ! ».Le poste-frontière a été créé il y a plus de 200 ans, après le Congrès de Vienne de 1815, lorsque les régions situées à l’ouest de la Nieuwstraat appartenaient au Royaume des Pays-Bas, et les régions situées à l’est, à la Prusse. À partir de 1938, sur ordre du gouvernement national-socialiste allemand, le trafic nord-sud Herzogenrath – Aix-la-Chapelle n’a plus été autorisé à emprunter la route frontalière. C’est ainsi qu’a été construite une nouvelle route, plus large et traversant la ville. Ce nouveau contournement douanier correspond aux actuelles Voccartstraße et Alte Straße.
Au début, les douanes y contrôlaient essentiellement le trafic de marchandises. Plus tard, cependant, toutes les voitures ont été contrôlées par intermittence, et les piétons et les cyclistes étaient dirigés vers une rampe, dans le bâtiment. Les bicyclettes étaient souvent soulevées puis lâchées ; un bruit de rebond étrange pouvait indiquer que les pneus n’étaient pas remplis d’air, mais de café.
Avec l’avènement du trafic commercial en particulier, de longs embouteillages se formaient devant le passage douanier de Pannesheide. Lorsque les mesures de sécurité ont été renforcées à la suite de l’attentat de la Rote Armee Fraktion (RAF) en 1978, les embouteillages n’ont fait qu’augmenter.
Dans ces embouteillages en provenance d’Aix-la-Chapelle, les habitants de Pannesheide, qui ne devaient pas du tout passer le contrôle douanier, mais voulaient seulement rentrer chez eux, jouaient souvent de malchance. Malheureusement pour eux, il n’existe qu’une seule route d’accès à Pannesheide, qui bifurque juste avant le poste de douane, et cette route d’accès ne dispose pas de sa propre bande.
L’imposant bureau de douane allemand et le guichet de douane néerlandais ont longtemps été des éléments marquants de ce tronçon de route. Le bâtiment, qui abritait la douane néerlandaise dans une logette au rez-de-chaussée, possède aujourd’hui une ferme de toiture remarquable. Juste à côté du bureau de la douane néerlandaise, une borne frontalière marque l’endroit où la frontière orientée nord-sud bifurque vers l’ouest.
À la hauteur du bâtiment de douane, la route bifurque également pour permettre à la circulation automobile de franchir la frontière avec les Pays-Bas d’une part, ou de poursuivre sur la route du côté allemand, le long de l’ancienne clôture et, plus loin, le long du mur de béton Leicon qui servait de démarcation frontalière dans la Nieuwstraat.

Peter Dinninghoff

 

Bureau de douane frontalier de Pannesheide 1973 (Photo : W. Sevenich)

En 1972, les autorités fiscales de Cologne ont envisagé de transformer la Neustraße en rue à sens unique. La municipalité de Herzogenrath a pu s’y opposer avec succès, car cela aurait représenté une charge trop lourde pour les habitants de Herzogenrath.

Dans le même temps, les bureaux de douane ont prévu d’installer un bureau commun D/NL à la douane de Pannesheide. Jusqu’à présent, la douane était logée dans l’auberge « Zum alten Zoll » de Krauthausen. Les fonctionnaires allemands avaient déjà emménagé dans le « Kiosque ». Le 1er décembre 1973, lors d’une petite cérémonie, le chef du bureau de douane principal d’Aix-la-Chapelle-Nord remet aux représentants de l’administration douanière néerlandaise les locaux qui leur sont réservés dans le kiosque, situé sur le territoire allemand. Les douaniers allemands et néerlandais travaillaient donc dos à dos.

Le 25 juillet 1984, les douaniers du poste de douane de Pannesheide ont reçu un visiteur inhabituel, car une campagne publicitaire néerlandaise spéciale y a débuté :

Vingt Limbourgeoises ont été envoyées par le Bureau néerlandais des produits laitiers en mission spéciale en Allemagne de l’Ouest pour stimuler les ventes de fromage néerlandais. Avant d’être lâchées sur les consommateurs, les jeunes filles ont suivi un cours de dégustation de fromage de deux jours à l’Office néerlandais des produits laitiers à Aix-la-Chapelle. L’action des aides de Mme Antje a commencé au poste frontière de Pannesheide à Kerkrade, où les douaniers ont dégusté les fromages proposés.

Le bureau de douane de Pannesheide (aujourd’hui Roermonder Straße 141) appartenait à Herzogenrath en tant que bureau de douane secondaire II. Klasse zu Herzogenrath pour la section comprise entre les bornes 230 et 236, responsable du trafic terrestre transfrontalier en provenance d’Aix-la-Chapelle-Laurensberg-Kohlscheid-Richterich. Le trafic frontalier y était très intense, surtout en cas de besoin. En raison des différences de taxation entre les deux pays, le café, les spiritueux et le beurre étaient des produits d’importation illicite très prisés. Au 19e siècle, le précieux sel faisait également partie du commerce. Après la suppression de tous les droits de douane intérieurs pour les produits industriels et l’introduction d’un droit de douane extérieur commun, le bureau de douane de Pannesheide a cessé d’exister en 1974. Jusqu’en 1989, le bâtiment a continué à fonctionner comme bureau de dédouanement pour le bureau de douane d’Aix-la-Chapelle. Après avoir abrité pendant une courte période un bureau de poste, ce bâtiment historique abrite aujourd’hui la crèche municipale « Altes Zollhaus » [Source : plaque sur l’ancien bureau de douane allemand de Pannesheide. Heimatverein Kohlscheid, n.d. 2017]

La « huisje » des douanes de la Pannesheiderstraat, aujourd’hui propriété privée, dont les locaux du rez-de-chaussée étaient occupés par la douane néerlandaise, a été rénovée en 2005 selon les plans de Plan A.G. Andreas Gülpen Ges. f. Generalplanung mbH. Une grande importance a été accordée à la préservation du plus grand nombre possible d’éléments historiques. Par exemple, la baie vitrée du rez-de-chaussée a été conservée et l’ancienne entrée a été équipée d’un vitrage fixe. L’ensemble de la belle façade en briques a également été conservé. À l’intérieur, des éléments historiques tels que le sol en pierre, vieux de plus de 100 ans, et la fenêtre coulissante pour la déclaration des marchandises ont également été conservés. Aujourd’hui, la structure du toit est remarquable.

Pannesheiderstraat 136-138 (Photos : Stefanie Rotter)

Retour en haut