Les contrebandiers

Clôture en grillage à poules devant les maisons de la Nieuwstraat vers 1916, pour lutter contre la contrebande (archives municipales de Kerkrade)

Le trou de l’Ouest ! La frontière du péché ! Le front du café !
Ce sont les titres de films, d’articles de journaux et de rapports qui font état de la contrebande dans la région d’Aix-la-Chapelle.
Les grandes différences de prix d’articles recherchés ont toujours été à l’origine de la contrebande.
La décision extraordinaire prise après le Congrès de Vienne de tracer une ligne frontalière à travers les villages et les villes offrait alors des possibilités idéales de contrebande.
Dans ce cas, le vendeur pouvait littéralement remettre les marchandises à l’acheteur par-dessus la frontière. Il ne devait même pas quitter son pays.
Tant que la frontière n’était pas hermétiquement fermée en raison de la situation politique, les contrebandiers vadrouillaient dans la Nieuwstraat et les quelques douaniers n’étaient tout simplement pas en mesure de faire face à leur grand nombre.
Les avantages financiers ont donné lieu à des promenades massives à travers la frontière, et des enfants ont fait l’école buissonnière en traversant plusieurs fois par jour la frontière en mission de contrebande. Les gros trafiquants ont mis au point leurs propres méthodes et moyens pour contourner ou éluder les douanes.

Peter Dinninghoff

Pour empêcher la contrebande, les fenêtres et les portes de la Nieuwstraat (NL) ont même été clouées avec du fil de fer à lapin pendant la Première Guerre mondiale, et les Allemands et les Néerlandais ont chacun érigé une clôture sur la Neustraße.
Pendant la Seconde Guerre mondiale et la période qui suivit, il n’y eut qu’une seule clôture sur la Neustraße pour assurer la sécurité. Cela signifie que les marchandises de contrebande pouvaient être jetées directement des fenêtres par-dessus la clôture du côté allemand, ou que les marchandises de contrebande passaient directement à travers la clôture.
Les enfants en particulier aimaient être utilisés pour la contrebande à la frontière, car ils pouvaient jouer les uns avec les autres plus discrètement, directement à la barrière. Des balles, par exemple, dans lesquelles étaient cachés des grains de café, volaient d’un côté à l’autre.

Neustraße ca. 1916 (Gemeentearchief Kerkrade)

La route de contrebande la plus fréquentée d'Europe :

La réputation de la Neustraße en tant qu’importante voie de contrebande a également poussé les autorités douanières néerlandaises à s’opposer avec véhémence au démantèlement des fortifications frontalières.

Retour en haut

Rapport d'un témoin oculaire

Témoins contemporains – Willi Beetz

Lorsqu’il était petit, Willi Beetz vivait au milieu de la Josefstraße et de la Voccartstraße. Une voisine âgée l’envoyait souvent chercher des paquets dans un pré. Ces paquets avaient été jetés par-dessus la clôture par une femme du côté hollandais. Il était plus discret pour les enfants de courir à travers les prés et les champs que pour un adulte de le faire. Les douaniers ne prêtaient pas autant d’attention aux enfants, qui étaient donc plus facilement utilisés pour la contrebande. C’est pourquoi il apportait régulièrement du café/beurre à son voisin.

Les résidences officielles des douaniers étaient également situées directement sur la Neustraße, au numéro 95/97. Il n’était pas apprécié que les enfants des douaniers jouent avec eux. Willi Beetz a néanmoins joué avec un garçon dont le père était douanier, car il n’y avait pas beaucoup d’enfants dans son voisinage immédiat du côté allemand. Derrière les appartements de la douane, dans le jardin, se trouvaient également les chenils des chiens de service et dans les jardins, les garçons jouaient souvent ensemble. Willi était aussi souvent emmené par les officiers sur le vélo de service.