Le foot

En 1988, les Néerlandais ont célébré avec exubérance dans la Nieuwstraat le titre de champion de leur équipe nationale, décroché le 25 juin (photo : W. Sevenich)

Le football est une passion qui entraîne elle aussi des souffrances, y compris dans la Nieuwstraat.
Les années 1974, 1988 et 1990, en particulier, sont gravées dans la mémoire de nombreuses personnes.
S’il y a une frontière, ceux qui sont de l’autre côté sont « les autres ».
La victoire ou la défaite de sa propre équipe provoque une réaction humaine : on jubile, ou on souffre.
Pour beaucoup, il est particulièrement tentant d’exprimer cette réaction sur la ligne de démarcation même séparant les supporters immédiats des équipes participantes.
Autrefois, la Nieuwstraat était un lieu propice à l’expression des sentiments néerlandais ou allemands. Après les matches internationaux particulièrement, les « fans de football » se rassemblaient à la frontière, provoquaient les gens « de l’autre côté », se criaient dessus et devenaient agressifs.
Si la « troisième mi-temps » de la Nieuwstraat ne provoque pas d’elle-même des échauffourées, alors (comme cela a été prouvé) la presse nationale, avec des représentants sur place, donne un coup de pouce en incitant les instigateurs avec de l’argent si nécessaire. Ainsi, du côté allemand des journalistes du journal Bild, et du côté néerlandais le journaliste Mart Smeets, se sont distingués en tant qu’« incitateurs ».
Après tout, des centaines de policiers allemands et néerlandais étaient présents pour garder la situation sous contrôle, et ils ne pouvaient certainement pas avoir fait le déplacement pour rien.
La coopération exemplaire entre les polices néerlandaise et allemande a donné lieu aujourd’hui à un « camp de formation » très productif dans la Nieuwstraat.

Peter Dinninghoff

Il s’agissait d’une plaisanterie réciproque, mais avec un clin d’œil pour l’entourage immédiat. Après la victoire des Allemands en 1974, ce sont les Néerlandais qui ont fait la fête dans la Nieuwstraat en 1988. En 1990, il y a eu d’importantes bagarres revanchardes. La presse avait justifié la possibilité d’une répétition. On craignait donc une répétition en 1992, mais grâce à la forte présence policière, la situation est restée calme et les habitants ont démontré qu’ils faisaient la fête ensemble et ne se laissaient pas provoquer par des tiers.

1988 – L’Elftal est champion d’Europe (Photo W. Sevenich)

Après les émeutes de la Coupe du monde 1990, la police était bien préparée pour le Championnat d’Europe suivant, en 1992. Lorsque l’Allemagne et les Pays-Bas (1:3) se sont rencontrés dans le groupe 2 du tour préliminaire le 18 juin 1992, la police s’est montrée présente le long de la Neustraße :

(Photo : W. Sevenich)

(Photo: W. Sevenich)

Mais les résidents ont également montré comment ils fêtaient ensemble :

(Photo: W. Sevenich)

Retour en haut

rapport de témoin oculaire

Témoins de l’époque – Corine Schurer

En 1974, les Pays-Bas ont perdu contre l’Allemagne en finale de la Coupe du monde. Les Pays-Bas étaient les grands favoris et donc très déçus. Les douaniers allemands ont provoqué les Néerlandais qui traversaient la frontière en formant des 2-1 avec leurs doigts et en riant.

Les conséquences furent que les années suivantes, les habitants se réjouissaient lorsque le onze allemand faisait un faux pas.

En 1988, c’est la revanche. A Hambourg, lors des championnats d’Europe, l’Allemagne a été battue en demi-finale (2:1). Une fête populaire spontanée a eu lieu du côté néerlandais. Le côté allemand était plongé dans l’obscurité. Stores baissés et lumières éteintes. Quelques jours plus tard, les Pays-Bas devenaient champions d’Europe.

En 1990, l’Allemagne a eu une nouvelle revanche lors de la Coupe du monde en Italie. En huitièmes de finale, l’Allemagne et les Pays-Bas s’affrontaient à nouveau. C’était un dimanche et il y avait une kermesse à Kerkrade. La population savait qu’il y avait beaucoup de policiers dans la ville, mais qu’ils n’étaient pas visibles.

Dès le début de l’après-midi, le studio néerlandais a réalisé des reportages sportifs depuis la Neustraße. Le célèbre présentateur Mart Smeets a rapporté « que cela faisait vraiment peur » d’être là alors qu’il ne se passait rien.

Ce type de reportage a été diffusé pendant des heures, si bien qu’à un moment donné, des clubs de motards se sont mis en mouvement. Cela dégénérait ensuite en bagarres en fin de soirée. Ce qui n’était jusque-là que des moqueries s’est transformé en bataille. Kerkrade a alors désigné Smeets comme persona « non grata ». – Il s’est excusé des années plus tard.

(L’Allemagne a d’ailleurs gagné ce match 2:1).

En 1995, Roda JC termine 2e de l’Eredivisie (1e Bundesliga NL). C’est précisément ce week-end-là qu’a eu lieu l’inauguration de la Neustraße réaménagée. L’équipe a alors été honorée sur le podium de la Neustraße.