Les mines Voccart et Prick

À l’arrière-plan la mine Voccart, à droite les rails à voie étroite, qui étaient également utilisés pour le transport de charbon, avant 1914 (photo : Institut historique Siemens).

La mine Voccart était une mine de charbon située dans le quartier de Straß à Herzogenrath, au bord du « terril ». La mine a été fondée vers 1830 et exploitée par ses propriétaires : James Cockerill, Christine Englerth, Karl Winkens et Hauche Corne. Après la fondation le 3 mai 1836 de la Vereinigungsgesellschaft für Steinkohlenbau im Wurmrevier (Société d’association pour l’exploitation de la houille dans le bassin de la Wurm), en partie grâce au soutien financier de James Cockerill, la mine a été exploitée par la Vereinigungsgesellschaft à partir des années 1840, puis est devenue la propriété de l’Eschweiler Bergwerks-Verein, de 1907 jusqu’à sa fermeture en 1932.

Voccart était située sur le sol allemand et donnait directement sur la Neustraße ; à un peu plus d’un kilomètre de là, côté néerlandais, la mine Prick appartenait à la même « Vereinigungsgesellschaft für Steinkohlenbau im Wurmrevier ». Dans la littérature, ces mines sont souvent appelées Neu-Voccart et Neu-Prick. Cela s’explique par le fait que l’exploitation minière dans et autour de la vallée de la Worm est beaucoup plus ancienne, et qu’il existait donc des puits plus anciens et plus récents.

Les deux mines étaient reliées, par un tramway à traction chevaline, à la mine Laurweg de Kohlscheid, qui appartenait à la même société (voir également le chapitre « Tram »). Les deux mines étaient également reliées en souterrain. Neuprick ne possédait qu’un seul puits, Catharina. Dans ce puits, une barrière contre les intempéries, une simple cloison, avait été installée pour pouvoir ventiler la mine. Or, selon la loi minière prussienne, il fallait toujours creuser au moins deux puits pour ouvrir une mine. Neuprick avait donc beaucoup de difficultés à contrôler la ventilation. C’est pourquoi, après accord préalable des autorités minières néerlandaises et prussiennes, une galerie de recoupe a été construite sous la frontière d’État jusqu’à la mine Voccart. Cette liaison servait également à drainer l’eau de la mine de Neuprick vers la mine Voccart et, plus loin, vers la rivière Worm.

Pendant une courte période cependant, cette voie a eu une utilité supplémentaire. Elle a servi à une contrebande florissante de diverses marchandises des Pays-Bas vers l’Allemagne et vice-versa. Le 5 novembre 1856 a été une date historique pour l’exploitation minière néerlandaise. Ce jour-là, deux portes grillagées, placées dans la galerie de recoupe tout près de la frontière, ont été officiellement closes et scellées de part et d’autre, par de hauts fonctionnaires des douanes. Les clés de ces portes ont été remises au collecteur d’impôts de l’État à Kerkrade. L’exploitation minière à Neuprick avait été entre-temps gérée depuis la mine Voccart. En raison de la forte augmentation des eaux minières, l’exploitation de la mine de Neu-Prick devint de plus en plus coûteuse, et la mine est définitivement fermée en 1904. Les ouvriers de la mine ont retrouvé du travail chez Voccart et à la Domaniale, entre autres.

En 1912, la liaison souterraine de la mine de Voccart avec la mine voisine de Laurweg a été réalisée, et l’exploitation indépendante de Voccart a cessé. Par la suite, le puits n’a plus été utilisé que pour le déplacement du personnel et la ventilation. Auparavant, Voccart avait utilisé conjointement l’installation de lavage du charbon de Laurweg. Les wagons de charbon pleins étaient amenés jusqu’à Laurweg par la voie du tram d’Aix-la-Chapelle, à l’aide de wagons spéciaux qui pouvaient s’adapter à l’écartement étroit de l’ancien tram hippomobile.

L’exploitation de la mine Voccart a pris fin en 1932. En 1968 ont été fermés et démolis les derniers puits extérieurs du site de la mine Voccart, et les puits de la mine Voccart ont été remblayés.

Sur le site, où seul un petit monument en forme de wagon à charbon rappelle la mine, on trouve aujourd’hui, entre autres, un supermarché REWE. Les noms de rue « Voccartstraße » dans le quartier de Straß à Herzogenrath, « Voccartstraat » dans le quartier Bleijerheide à Kerkrade, et « Pricksteenweg » et « Prickbos » à Bleijerheide/Kerkrade font également référence aux deux mines.

Carte topographique « Pannesheide – Old Shafts » avec la section de la mine Voccart (Grube Anna Bergbauinformationszentrum e.V.)

Travailler de l'autre côté de la frontière

L’industrie minière transfrontalière connaissait de nombreux déplacements : les mineurs néerlandais travaillaient dans les mines allemandes et vice-versa. Des termes particuliers sont apparus à cette époque, tels que « guildermen ». Ce terme est apparu à l’époque de la grande inflation (1914-1923), lorsque les mineurs allemands travaillaient dans les mines néerlandaises pour des raisons économiques. Cependant, ils n’étaient autorisés à dépenser que la moitié de leur salaire pour acheter de la nourriture aux Pays-Bas. Le reste du salaire ne valait rien en Allemagne en raison de l’inflation. Les paiements transfrontaliers entre l’Allemagne et les Pays-Bas se sont également développés dans la clandestinité. La contrebande de produits convoités, tels que le café et les cigarettes, par les voies clandestines s’est présentée.

« En raison des liens étroits entre la mine de Voccart, en territoire prussien, et la mine hollandaise de Prick, un changement fréquent de travailleurs était inévitable, même de la part du conseil des mineurs. Si des membres du syndicat des mineurs de ce côté étaient transférés à la mine Prick en Hollande, ces travailleurs ne pouvaient pas être privés de leurs droits acquis. Au fil du temps, on en est arrivé à une situation où presque tous les travailleurs de la mine de Prick appartenaient à l’association des mineurs de Wurm. (Simons 1890)

Plan de raccordement du chemin de fer minier 1902 – Neu-Voccart 1901, la Neustraße s’appelait alors Provinzialstraße jusque dans les années 1930 (Geoportal der Städterregion).

Les Sources:

Littérature :

Matthias Kaever: Die nicht erneuerbaren Energieträger zwischen Rur und Maas. LIT Verlag, Münster 2004, ISBN 978-3825874247

Wolfgang Voigt: Kohlebergbau im Aachener Revier, abgerufen am 24. Februar 2016

Josef Aretz: Kohlscheider Bergwerke. 2.Auflage 1987, Herzogenrath 1986

Grube Anna Bergbauinformationszentrum Alsdorf e.V. – Friedrich Ebbert

Autres liens :

Retour en haut