La maison du maire

Maison du maire de Kerkrade, 1914 (archives municipales de Kerkrade)

La Première Guerre mondiale débute au mois d’août 1914. Le 3 août, l’Empire allemand déclare la guerre à la France et l’attaque en passant par la Belgique, pays neutre.En l’espace de 14 jours, environ 150 000 soldats marchèrent de la gare de Herzogenrath à Aix-la-Chapelle en passant par la Neustraße.
Les soldats chantent et des acclamations se font entendre. Les habitants de toute la région affluent à la Neustraße pour assister à ce spectacle unique.
Un an plus tard, la situation des soldats au front a complètement changé. Blessés hurlants, cadavres, saleté, rats et agonie rythment le quotidien.
De nombreux soldats veulent échapper à cette misère. Ils désertent et se réfugient aux Pays-Bas, pays neutre. De nombreux Belges, qui ont été pris au dépourvu, choisissent également la route des Pays-Bas pour rejoindre les unités qui combattent encore les Allemands dans l’arrière-pays.
La contrebande et l’espionnage font le reste et incitent le commandement de l’armée allemande à prendre une mesure de guerre particulière. Du village de Vaals jusqu’à la côte de la Mer du Nord, une barrière de sécurité électrifiée sous haute tension est érigée à travers la Belgique pour empêcher le franchissement non autorisé de la frontière avec les Pays-Bas.
Dans d’autres zones se dresse une haute clôture de barbelés et, dans les zones ouvertes, des soldats retranchés sont postés avec l’ordre de tirer.
La haute clôture de barbelés s’étend également le long de la Neustraße. Pour la première fois, les habitants des deux côtés de la rue sont véritablement séparés.
Une situation particulière se présente pour la maison du maire de Kerkrade, qui donne du côté néerlandais de la Nieuwstraat, et un soldat allemand monte donc la garde devant sa porte.

Peter Dinninghoff

À l’époque, la Neustraße était essentiellement un territoire allemand. Seule une étroite bande était néerlandaise. Le long de la route, sur le territoire allemand, se trouvaient des « maisons de garde » pour les douaniers qui occupaient des postes d’observation. Devant la maison du maire de Kerkrad, M. Hendricks, qui se trouvait du côté néerlandais de la Neustraße (environ la maison n° 111), se trouvait un tel poste de garde allemand pendant 11 mois.
L’emplacement du poste de garde exactement en face de la maison du maire de Kerkrad est curieux. M. M. Hendricks a été maire de Kerkrad de 1910 à 1915.
Ainsi, un maire néerlandais dont la résidence se trouvait sur le territoire néerlandais était « gardé » par un douanier allemand sur une propriété allemande.
Aucune source ne permet de savoir si cet endroit a été choisi spécifiquement en raison de la résidence du bourgmestre ou s’il s’agit d’une coïncidence.
Le 30 décembre 1914, les Allemands érigèrent une clôture de fil de fer barbelé d’environ 2 mètres de haut le long de la Neustraße. Les corps de garde deviennent superflus et n’ont plus de raison d’être. Pour la première fois, la frontière entre Herzogenrath et Kerkrade devient physiquement visible.
Un an plus tard, à la fin de l’année 1915, une deuxième clôture est tracée du côté néerlandais afin de mieux contrôler le commerce de contrebande florissant.

Landsturm allemand pendant la Première Guerre mondiale – à l’arrière-plan, la maison du maire (Gemeentearchief Kerkrade).

Neustraßer 1960s, la maison du maire est visible à l’arrière-plan devant les maisons de la colonie de mineurs, à droite un « Wachhäuschen » allemand. (Archives municipales de Herzogenrath)

Retour en haut