La ferme/maison de campagne « Bau »

(Roermonder Str. 135 – 2023 Organisme public Eurode)

Une grande ferme monumentale du XVIIIe siècle orne de sa façade à neuf fenêtres l’extrémité sud du « Mille de l’Histoire » de l’Eurode. Quatre ailes constituent l’ensemble architectural, entourant une cour. Il s’agit donc d’une ferme dite « francique ». Dotée de son puits profond de 30 mètres, d’un grand fournil, d’étables, de granges, d’un jardin potager et d’une prairie fruitière, elle possède tous les éléments de base de l’autosuffisance.
Cette ferme et ses propriétaires ont été étroitement liés à l’histoire minière des environs de Pannesheide et Bleijerheide. Même le magnat du charbon et de l’industrie, Charles James Cockerill (1787-1837), a possédé cette belle ferme pendant quelque temps.
À l’avant de la ferme, à gauche du joli jardin, se trouvaient des bâtiments liés au passé d’exploitation minière, comprenant plusieurs puits.
La propriété de la ferme s’étendait en partie sur le territoire allemand et en partie sur le territoire néerlandais.
L’idéologie agricole national-socialiste du Troisième Reich a eu pour effet que la ferme est désormais appelée « Erfhoeve Vest ».

Peter Dinninghoff

 

Cour d’honneur Vest (www.geschichtsfreunde-kohlscheid.de/Erich Hallmann)

« Dans la Roermonder Straße sortante, la maison n° 135 est une grande ferme avec une large façade à neuf axes de fenêtres, appelée « Neu-Bau » après 1800, puis « Gut Bau » et en 1936, après la législation nationale socialiste, « Erbhof Vest » en raison de la taille de la propriété agricole et d’après le nom du propriétaire. La clé de voûte de l’arcade donnant sur la rue révèle l’âge du bâtiment. Outre la date de 1786, cette pierre armoriée porte les noms de Martinus Vaessen et Anna Maria Kuckelkorn ». (Extrait des livres de Josef Aretz)
Les époux M. Vaessen / A.M. Kuckelkorn ne se contentaient pas d’exploiter une vaste ferme, ils tenaient également, avec leurs enfants, une taverne dans le bâtiment’ que l’on trouve encore ici des décennies plus tard. Cependant, la propriété minière qui leur appartenait et qu’ils ont acquise a englouti leur fortune. En 1822, plus de 13 000 thalers sont enregistrés contre M. Vaessen au bureau des hypothèques d’Aix-la-Chapelle.
Bien que M. Vaessen puisse céder ses parts dans la mine de Neulaurweg à Mme Englerth d’Eschweiler, il doit également vendre ses biens à Charles James Cockerill d’Aix-la-Chapelle en 1824.
Il reçoit 8 500 thalers pour les bâtiments et les terres en Prusse et 1 500 thalers pour les domaines en « Belgique » (NL).
Cependant, toutes les ventes ne suffisent pas à satisfaire ses créanciers.
Octobre 1840 : Après le décès du couple Karl James Cockerill / Karolina Elisabeth Pastor, le domaine « Neubau » (Roermonder Str.), loué par les frères et sœurs Vaeßen et utilisé par eux comme auberge, est vendu aux enchères aujourd’hui à Aix-la-Chapelle dans l’étude du notaire Weilerd. Le domaine comprend la maison d’habitation sur la route de campagne avec une cour, une grange, une écurie et une forge. Ecurie, forge. Un jardin, une prairie et des terres arables, d’une superficie totale de 14 acres. En outre, il y a 21 autres champs, prés, courbes et un acre de buissons « am Funkeisberg » ( ???). La valeur estimée est de 14566 Taler.
22 janvier 1845 : Le domaine « Neu-Bau » à Pannesheide, dans la Roermonder Strasse, est toujours occupé par les frères et sœurs Vaeßen. Le propriétaire, M.J. Berens de Heinsberg, veut le relouer au plus offrant pour six ans à compter du 15.03.1845 par l’intermédiaire du notaire Corneli de Herzogenrath. Le domaine comprend la grande maison d’habitation, le bâtiment de ferme, les jardins potagers et arboricoles, les champs, les prairies et les buissons, soit 52 hectares locaux.
Entre 1800 et 1810, deux puits ont été creusés dans le filon de Merl à côté du domaine, dans l’actuel jardin de fleurs, qui se trouve à l’angle avant gauche de la maison.

Erich Hallmann (www.geschichtsfreunde-kohlscheid.de)

Retour en haut