Du pays noir au pays vert

Finefrau 14-10-1981 – Chantier de construction sur le site de l’ancienne mine Domaniale (Archives municipales de Kerkrade)

Jusqu’au début des années 1960, la « Oostelijke Mijnstreek » (région minière de l’Est) était une véritable monospécificité sur le plan industriel. Environ 90 % des hommes travaillant dans l’industrie étaient directement ou indirectement impliqués dans l’exploitation minière !
Jusqu’au milieu des années soixante, Kerkrade ne possédait pas d’autres sites industriels que les exploitations minières de la mine Domaniale, de la mine Willem-Sophia et de la mine d’État Wilhelmina.

En dehors des mines de charbon et des entreprises de sous-traitance, l’ancienne ville minière n’avait guère d’autre activité industrielle, et le secteur des services y était également peu représenté. L’exploitation minière était le moteur de l’économie de Kerkrade.
Lorsque le ministre Den Uyl a rédigé son premier mémorandum sur l’exploitation minière, 2 nouvelles zones industrielles étaient en cours de développement sur le territoire de la municipalité de Kerkrade : Spekholzerheide et Dentgenbach.
Fin juillet 1966, le ministre des Affaires économiques Den Uyl a décidé que la mine Domaniale serait la première à fermer, après une étude comparative portant notamment sur l’évolution prévue de la rentabilité de la mine Domaniale et de la mine Willem-Sophia.

Le 29 août 1969, le dernier wagon chargé de boulets d’anthracite calibre 4 est sorti de la mine Domaniale par le puits Willem II.
Le vendredi 18 juin 1971, sur le coup de trois heures, la dernière structure importante de la mine Domaniale a été abattue.
Le démantèlement officiel par la société Couwenbergh N.V. a commencé en janvier 1970, plus de 4 mois après que le dernier wagon d’anthracite soit remonté à la surface de la mine Domaniale.
Dans les années 1970, les pouvoirs publics ne se souciaient guère de la valeur historique de notre patrimoine industriel. Les sites miniers devaient être nettoyés le plus rapidement possible pour faire place à de nouvelles industries et zones résidentielles.
Les derniers vestiges à être démolis furent les rangées caractéristiques de maisons d’ouvriers et de contremaîtres de la Nieuwstraat, des numéros 118 à 133. Deux ans après la fermeture de la mine Domaniale, le site minier de la Nieuwstraat était devenu une sorte de paysage lunaire avec, çà et là, des morceaux de béton et des poutrelles de fer qui dépassaient du sol.

Sur l’ancien site industriel devait être construit un nouveau lotissement de quelque 450 logements subventionnés, bénéficiant d’équipements de proximité tels que des écoles, des magasins, des parcs et des terrains de sport, conformément au projet « Parkplan Domaniale ». Une zone de promenade et de loisirs était prévue sur et autour du Beerenbosch, l’ancien terril de la mine.
Le SSO (« Samenwerkingsverband sanering stadsgewest oostelijk mijngebied », Partenariat pour l’assainissement de la région minière de l’Est – un organe consultatif supramunicipal) a piloté l’opération « Du pays noir au pays vert », qui a permis de réaffecter 750 hectares d’anciens terrains miniers dans le Limbourg méridional. La création de cet organe consultatif était l’une des conditions pour obtenir des subventions mises en place par le décret relatif aux contributions aux plans de reconstruction et d’assainissement, du ministère du Logement et l’Aménagement du territoire. Une autre condition était que la phase d’assainissement devait être achevée dans un délai de 10 ans.

Les premières maisons sont apparues sur le site de Domaniale. Entre-temps, l’ambitieux « Parkplan Domaniale » a été réduit à un quartier néerlandais moyen avec des zones résidentielles. Les rues ont reçu des noms de veines de charbon et de fractures de la croûte terrestre dans la zone de concession des anciennes mines de l’abbaye de Kloosterrade (Leyendecker, Finefrau, Athwerk, etc.).

Sur le tracé de l’ancienne voie minière menant à Spekholzerheide, on construisit le nouveau Structuurweg Gracht, l’actuelle Domaniale Mijnstraat. La ferme laitière Hamhof de l’agriculteur Kroonen, située dans la Baamstraat, a dû notamment disparaître (mi-1972).
Là où se trouvait le site minier et où les maisons environnantes étaient recouvertes de poussière de mine, on trouve aujourd’hui des zones résidentielles très vertes. Dans la Domaniale Mijnstraat, seul subsiste le puits Nulland comme vestige de l’ancienne mine

Feldbiss, construction de logements sur l’ancien site minier de Domaniale (Gemeentearchief Kerkrade)

Vers 1966, la première ébauche d’un plan social est publiée par le Dr D.B. Jochems, secrétaire du conseil de surveillance de Domaniale Mijn Maatschappij. Ses analyses sont le prélude à la plus grande action de licenciement et de redéploiement jamais vue aux Pays-Bas ! Une partie de la main-d’œuvre, 16 % des 2 100 employés de l’époque, a été transférée à l’atelier social municipal (GSW) en raison de handicaps physiques (dont la silicose). Fin 1968, l’association Soziale Werkvoorzieningsschap Zuidoostelijk Limburg (ZOL) a commencé à construire de nouveaux logements à l’angle de la Heerlenersteenweg et de Locht. Ce faisant, des postes de travail adaptés ont dû être créés. Jusqu’alors, les ateliers sociaux étaient les fournisseurs des mines.

La création de nouveaux emplois a surtout eu lieu dans les entreprises qui collaboraient avec la N.V. Industriebouw Kerkrade.

À la fin de l’année 1967, le ministère des affaires économiques a présenté la demande officielle d’application de l’article 56, paragraphe 2, du traité CECA et de l’article 4 de la décision 3-65 de la « Hoge Autoriteit ». Cette aide dite de reconversion était destinée à assurer la sécurité sociale pendant la phase d’abandon progressif de l’exploitation minière dans les six pays de la Communauté européenne, de manière à ce que la main-d’œuvre touchée soit le moins possible lésée. L’aide prévoyait, entre autres, une allocation temporaire de transition en plus de WW et WWV, ainsi que des compléments de salaire pour les travailleurs qui acceptaient un emploi moins bien rémunéré. Des questions telles que le recyclage, les demandes d’emploi et le déménagement ont également été couvertes par l’aide à la réintégration.

La direction a encouragé les travailleurs à rechercher eux-mêmes de nouveaux emplois. Un élément important du processus de licenciement était le recyclage et la formation continue du personnel. Si les mineurs suivaient un recyclage ou une formation complémentaire dans un centre d’éducation pour adultes ou dans le cadre d’un autre programme de recyclage reconnu, ils avaient droit à une allocation de transition. Le cas échéant, ils devaient retourner à l’école pour une période plus ou moins longue afin d’apprendre un autre métier. Il s’agissait de « programmes de formation sur mesure » spécialement conçus pour l’entreprise où les mineurs allaient travailler. Les concepteurs de programmes et les enseignants ont dû faire preuve de beaucoup d’imagination pour donner au matériel pédagogique, souvent expérimental, le contenu souhaité afin que la reconversion soit réussie.

L’école professionnelle souterraine (OVS) de Beerenbosch, aujourd’hui fermée, a été transformée en centre de recyclage à cette fin au début de l’année 1968. La formation interne de Bronswerk-Feijenoord (fusionnée en 1969 avec Stork et Helio Repro Service, toutes deux faisant partie de N.V. Industriebouw Kerkrade) s’y est notamment déroulée.

N.V. Industriebouw Kerkrade

Le projet prévoyait l’installation d’une quinzaine de petites et moyennes entreprises dans la zone industrielle de Spekholzerheide, en utilisant les installations du ministère de l’économie et de la CECA (Communauté européenne du charbon et de l’acier). En raison d’un certain nombre de seuils, il était pratiquement impossible pour les petites entreprises de recevoir une prime.

Pour remédier à cette situation, le Staf Industrialisatie, en concertation avec la commune de Kerkrade, l’Industrieschap Oostelijk Mijngebied et l’Economisch-Technologische Instituut Limburg (ETIL), a mis au point une construction spéciale sur proposition du ministère de l’Économie.

L’idée était de créer une sorte de communauté d’intérêts pour les industries communes qui agiraient comme une seule partie vers le monde extérieur. En travaillant ensemble, les entreprises pourraient réaliser plus de choses qu’elles ne pourraient le faire individuellement. L’alliance pourrait également prendre en charge des services communs tels que la santé au travail, la protection contre les incendies, la surveillance de nuit, etc. L’alliance s’est concrétisée par la création, quelques mois plus tard, de la N.V. Industriebouw Kerkrade. Thei Dols, directeur de la mine de charbon de Domaniale, assure la direction à temps partiel de l’entreprise.

La création de la zone industrielle a coûté plus de 67 millions de florins. Ces fonds provenaient de différents programmes, de la municipalité de Kerkrade et de la CECA. Il convient de mentionner tout particulièrement le maire de Kerkrade, Theo Gijsen, et l’échevin des affaires économiques, Werner Buck, sous la direction desquels le projet Industriebouw a été lancé.

D’autres mineurs ont eu moins de chance. Ainsi, huit retraités du fabricant d’équipements de soudage Teko Electric ont été temporairement transférés à Naarden, et les mineurs du fabricant de toits Dentex ont dû déménager dans la société mère à Nieuw-Vennep pendant sept mois.

Les mineurs étaient habitués à ce que « Moedertje Mijn » s’occupe de tout pour eux. Pour beaucoup d’entre eux, cela a signifié un grand changement. Ceux qui avaient quitté la porte de la mine devaient trouver leur propre voie, même si c’était parfois difficile.

La mine de Domaniale ayant été la première de toutes les mines néerlandaises à fermer, les travailleurs licenciés n’ont pas bénéficié des plans du deuxième mémorandum minier, qui n’ont été concrétisés qu’à la fin de l’année 1969 (campagnes d’information, création de centres de formation, d’installations culturelles et communautaires, etc.)

Les Sources:

Livre Paul Geilenkirchen : « Der domaniale Steinkohlenbergbau 1815-1996 ». ISBN 9789403623160
Pages 393, 399, 413, 414, 415, 416, 418, 420, 427, 430, 435, 436, 437, 438, 453, 458, 459, 463, 468.

https://mtsprout.nl/dossiers/made-in-nl/directeur-bronswerk-wij-zijn-blij-als-de-regels-strenger-worden
Chapitre : “lange geschiedenis”.

Retour en haut