Le vélodrome

Le stade de Kerkrade-Herzogenrath sur la Nieuwstraat, dans les années 1930 (archives de la ville de Herzogenrath)

Vers 1900, le cyclisme a connu un véritable essor et des vélodromes sont apparus un peu partout. Le vélodrome de la Neustraße était assez particulier pour l’époque. Des amateurs de cyclisme allemands et néerlandais avaient fondé ensemble la Stichting Wielerbaan Nieuwstraat, du côté de Kerkrade. Son siège se trouvait à l’hôtel Germania, dans la Nieuwstraat (n° 146). En 1932 a été initié le projet du vélodrome, dont la construction a débuté en 1933 juste en face de l’hôtel Germania, du côté allemand. La concession a été accordée par l’intermédiaire de la Fédération allemande de cyclisme. La piste a donc été construite du côté allemand. L’une des raisons de l’octroi du permis allemand était probablement que le bourgmestre de Kerkrade de l’époque, Habets, voulait limiter les heures d’ouverture, mais cela aurait posé des problèmes pour la célèbre course de 6 jours. Or, ce sont ces courses qui rapportent le plus d’argent. Le capital nécessaire à la construction de la piste provenait de sources privées, principalement d’actionnaires néerlandais. Au final, la piste a coûté près de 60 000 reichsmarks.

Le célèbre constructeur allemand de parcours Clemens Schürmann, de Münster, a été engagé pour la construction. Il a conçu une piste vélodrome en bois de 200 mètres de long et de six mètres de large. Les quelque 6 000 places assises pour les spectateurs étaient couvertes. À l’époque, cela en faisait le deuxième plus grand vélodrome ouvert en bois d’Allemagne, et l’une des pistes les plus modernes et les plus rapides d’Europe. Au total, la piste avait une superficie d’environ 6 500 m² et pouvait également accueillir d’autres événements sportifs tels que des matchs de boxe.

Le nom officiel du vélodrome était « Sport Arena Kerkrade-Herzogenrath ». La piste a été officiellement inaugurée le samedi 6 mai 1933. Quelque 2 000 visiteurs étaient présents lorsque Mme Huijnen, épouse du directeur de la banque « Kerkraadse Handelsbank », donna le coup d’envoi de la première course cycliste. Cependant, trois mois plus tôt, Hitler avait pris le pouvoir et cela se ressentait aussi dans les activités sportives. Les manifestations sportives réunissant plus de 30 % de participants d’origine étrangère ont été interdites. Les voisins néerlandais ont ainsi été de plus en plus exclus.

La dernière course a eu lieu le 16 août 1939, après seulement 16 courses et un match de boxe, et n’était ouverte qu’aux invités. Hermann Schild y établit un nouveau record de l’heure en parcourant 43,298 km. Par la suite, la Hitlerjugend utilisa le terrain pour ses défilés et ses exercices.

En mai 1940, le vélodrome a servi de point de rassemblement pour l’armée allemande, qui y a attendu, dans la nuit du 9 au 10 mai, l’ordre d’envahir les Pays-Bas. Le 10 mai 1940, la Wehrmacht allemande a déferlé sur les Pays-Bas. Pendant la guerre, le vélodrome a été touché par plusieurs obus. La piste elle-même aurait pu être réutilisée après la guerre. Des amateurs de cyclisme de Kerkrade avaient déjà des projets à ce sujet, mais les Allemands ont pillé le bois pour en faire du combustible. Ce dernier était bien plus nécessaire qu’un vélodrome.

L’administration de Herzogenrath avait engagé un garde pour empêcher d’autres pillages. Mais ce garde a été battu par les pillards pendant la nuit. Finalement, il ne resta que la coquille du bâtiment.

En 1952, le reste a été démoli sur ordre de la ville de Herzogenrath. Au cours de ces travaux de démolition, un ouvrier a été grièvement blessé et transporté à l’hôpital de Bardenberg avec des bras et des jambes cassés et de graves blessures à la tête. En 1962, l’entreprise de construction métallique Thevis a été construite sur l’ancien site. Aujourd’hui, seul le nom de la rue « An der Rennbahn » du côté allemand rappelle le stade Kerkrade-Herzogenrath.

Fusillade à l'issue fatale

L’hôtel Germania se trouvait juste en face de la piste cycliste, du côté néerlandais. Le 12 janvier 1933, le club cycliste de Kerkrad « Ren- en Supportersvereniging Roda » y fut fondé. Otto Gerards en était le trésorier. Il était allemand, marié à une femme de Kerkrad et habitait du côté de Kerkrad. Sa femme, de 10 ans son aînée, avait 5 enfants et ils avaient une fille âgée d’environ 8 ans à l’époque.

Otto Gerards – premier rang debout, chapeau dans la main droite (Photo : famille Zomerplaag-ter Horst, petite-fille O. Gerards)

Le jeudi 10 août 1933, le club cycliste organise une manifestation à l’hippodrome et Otto Gerards se rend lui aussi dans l’arène cycliste. Il y rencontre le policier de Herzogenrath, Joseph Mommertz, qui se trouve là en civil. Ils ont discuté brièvement. Quelque temps plus tard, alors qu’O. Gerards était maîtrisé devant l’entrée de la piste cycliste, J. Mommertz a voulu lui passer les menottes. Otto Gerards s’y est opposé. O. Gerards était recherché du côté allemand en raison de ses opinions politiques (socialistes) et d’un prétendu espionnage. Une bagarre s’ensuivit au cours de laquelle J. Mommertz tira sur O. Gerards avec son arme de service dans l’estomac. Selon la tradition, Otto Gerards était allongé sur le sol en territoire néerlandais. J. Mommertz saisit O. Gerards, gravement blessé, sur son épaule et monte dans le tramway qui vient d’Aix-la-Chapelle en direction de Herzogenrath à ce moment précis. Il l’emmène chez un médecin à Herzogenrath. Cependant, en raison de la gravité de la blessure abdominale, il a été transporté directement à l’hôpital de Bardenberg. C’est là qu’Otto Gerards (33 ans) est décédé des suites de sa grave blessure le samedi suivant, le 13 août 1933. Le fait que la musique de la radio ait continué à être diffusée dans l’enceinte sportive après l’incident du 10 août 1933 et que les courses cyclistes n’aient pas été interrompues a suscité le ressentiment des membres du club cycliste. De nombreux membres du club quittèrent l’arène cycliste avec incompréhension. J. Mommertz n’a pas été poursuivi pour la fusillade, mais il a attiré l’attention à plusieurs reprises en raison de son comportement agressif dans la zone frontalière. Ce n’est qu’après un autre incident survenu en juin 1936, lorsqu’il a tenté d’arrêter un contrebandier présumé qui traversait la frontière, que les autorités allemandes de Herzogenrath sont devenues actives sous la pression des Kerkraders. Il est rétrogradé et doit payer une amende de 100 Reichsmarks.

Quelques jours après l’incident de la Neustraße, des socialistes de Heerlen distribuent des tracts aux visiteurs de l’hippodrome : « …dans l’arène sportive, les Néerlandais libres sont obligés de se lever lorsque la chanson de Horst Wessel est jouée…n’allez pas en Allemagne, le pays où les matraques en caoutchouc et les revolvers font la loi… ».

Cérémonie de la victoire sur la piste cycliste – Les nazis s’étaient approprié le sport et l’arène sportive germano-néerlandaise. (Gemeentearchief Kerkrade)

Soldat allemand à la barrière devant l’hippodrome. (Gemeentearchief Kerkrade)

De Limburger – 18-07-1936 “Aus dem Leben eines Revolverhelden“

Retour en haut